Les prêtres migrants des temples hindous de la diaspora tamoule

Pierre-Yves Trouillet (CNRS, Passages, Institut Convergences Migrations)

La transnationalisation contemporaine de l’hindouisme commence à être bien documentée mais très peu d’attention a été accordée aux acteurs rituels qui circulent dans l’espace migratoire de ce que de plus en plus d’auteurs nomment “la diaspora hindoue”. À partir d’entretiens biographiques menés en Inde du sud et dans trois grands pays d’immigration hindoue (Île Maurice, Canada, France), je propose d’étudier les parcours migratoires et professionnels des prêtres hindous qui émigrent du sud de l’Inde et du nord du Sri Lanka pour travailler en tant qu’officiants dans les temples de la diaspora tamoule. Outre leurs profils et parcours migratoires très divers, je m’intéresse à leur capacité d’action (“agentivité”) et aux éventuelles transformations de leur statut social en diaspora, ainsi qu’à l’impact des migrations de ces prêtres sur l’ancien tabou migratoire hindou qui interdisait aux “hautes” castes d’émigrer en traversant les eaux noires (kâlâpânî) de l’Indus et de l’océan Indien.

Prêtre indien candidat à l’émigration professionnelle, officiant ici dans un temple de Chennai (Inde du Sud)
(Crédit: P-Y Trouillet, 2023)
Prêtre migrant indien officiant dans un temple hindou à Paris
(Crédit: P.-Y. Trouillet, 2017)
Prêtre migrant indien officiant dans un temple hindou à Toronto
(Crédit: P.-Y. Trouillet, 2014)
Prêtre migrant indien préparant son repas dans l’appartement mis à sa disposition par le comité du temple qui l’emploie à l’Île Maurice (Crédit: P.Y. Trouillet 2013)