Les maîtres du bouddhisme tibétain et du bouddhisme zen japonais en France

Cécile Campergue (Université Catholique de Lyon, GSRL, Institut Convergences Migrations)

L’implantation, la diffusion et l’acculturation du bouddhisme tibétain en France, avec le maître comme fil rouge, a été l’objet de mon travail de thèse en 2008. Depuis, je mène toujours des enquêtes de terrain sur le bouddhisme tibétain en France en plaçant la focale sur le devenir des institutions (temples, centres, monastères) et les enjeux de la transmission après la mort du maître fondateur (tibétain). 

Après avoir longtemps étudié la construction de l’autorité religieuse, les relations de maître à disciple, la place de l’identité culturelle et ethnique tibétaine, la question de la transmission et la formation de maîtres « indigènes » dans le pays d’accueil, l’enjeu est ici de mener des enquêtes comparatives dans une autre forme de bouddhisme destiné aux Occidentaux (la plus prisée après le bouddhisme tibétain), le zen japonais (très peu d’études en sciences sociales sur le zen japonais en France). 

Il s’agit donc de prolonger mes travaux antérieurs sur le bouddhisme tibétain notamment en étudiant les transformations des communautés (monastiques ou laïques) après la mort du maître dans des centres Kagyu (le courant majoritaire), en plaçant la focale sur le système des « tulkous », des « maîtres réincarnés », spécificité tibétaine. Effectivement, dans le plus grand monastère bouddhique tibétain de France (Auvergne), le maître tibétain fondateur du centre mort en 1997 (Lama Gendune), voit son œuvre se poursuivre à travers son successeur, jeune tulkou de 23 ans (Guendun Rinchen) qui doit assumer à la fois l’héritage de son prédécesseur (dont la légitimité n’a jamais été questionnée) et asseoir sa propre légitimité. 

Je réalise un nouveau terrain sur le bouddhisme zen japonais qui s’adresse à un public occidental, notamment la tradition Sôtô (la plus répandue) mais aussi Rinzaï, ceci dans un objectif comparatif :  la construction de l’autorité religieuse peut être très différente du monde bouddhique tibétain (les maîtres sont ici français, le maître japonais fondateur du zen Sôto en Europe, Taisen Deshimaru, étant décédé en 1982).  Son décès a laissé un nombre de « disciples » sans reconnaissance institutionnelle et sans reconnaissance formelle de leurs activités d’un point de vue de la tradition Soto japonaise. Les liens avec l’institution bouddhique zen japonaise (et donc les monastères « mères » au Japon) étaient inexistants, ils se sont construits par la suite, parfois 20 ans après la mort du maître, non sans ambivalences. Nous menons des enquêtes auprès de certains disciples de la première génération mais aussi de la deuxième génération. Nous nous intéressons aussi au seul centre du zen Rinzaï en France (La Falaise Verte, en Ardèche, fondé par Taikan Jyoji) et à d’autres enseignants du zen Sôtô qui ne se réclament pas de Deshimaru mais d’autres maîtres comme la nonne Jokei Sensei, actuelle abesse du temple de La Demeure sans limites en Ardèche également.

Nous privilégions les parcours des spécialistes religieux grâce aux entretiens biographiques et nous nous intéressons également à leur reconnaissance dans la communauté à laquelle ils appartiennent (parfois transnationale) et aux liens entretenus avec les institutions et autorités « mères ». 

Avec une démarche ethnographique privilégiant l’observation participante (la participation à des enseignements et à des pratiques rituelles, la participation à la vie communautaire), de nombreux entretiens informels, l’exploitation de la littérature et la communication des centres sont également des matériaux ressources pour l’analyse. 

Jocelyne Sensei Bachoux (fondatrice du temple, La Demeure sans limites, Jokei Sensei, l’actuelle abesse et Aoyama Roshi (fondatrice du temple Aichi Senmon Nisodo au Japon) © larbre deleveil.org
Lama Gendune, décédé en 1997 © Coll E. Temple.jpg
Un des principaux missionnaires du zen Sôtô en Europe, particulièrement en France, Taisen Deshimaru (1914-1982). © Zendeshimaru.com.jpg
Gendun Rinchen, le tulku de Gendune Rinpoché, Le Bost août 2022. © Campergue
Temple de Dhagpo Kundreul Ling, Héritages et Continuités. Commémoration des 25 ans du départ de Lama Guendune Rinpoché, fondateur du monastère. Août 2022© Campergue
Centre de la Falaise Verte. Explications sur les pratiques essentielles du zen. Nous pouvons y voir l’actuel directeur du centre Taishin Sōmyō, disciple de Taikan Jyoji, fondateur du centre.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search