Les autorités religieuses des migrants musulmans en Russie

Dmitriy Oparin, Anthropologue et historien, chercheur invité au laboratoire Passages (UMR CNRS 5319)

L’ensemble de mes recherches, que j’ai menées dans différentes régions de Russie entre 2013 et 2021, était axé sur les divers types de leadership religieux parmi les migrants musulmans et sur les moyens de former et de maintenir l’autorité religieuse. J’ai principalement travaillé avec des mollahs tadjiks et kirghizes, ainsi qu’avec des chefs de communautés soufies caucasiennes dans diverses destinations migratoires. Par mollahs d’Asie centrale, j’entends ici les immigrés musulmans d’Asie centrale qui jouent un rôle actif dans la vie religieuse de la communauté locale, conduisent certains rituels, conseillent leurs coreligionnaires, s’appellent eux-mêmes mollahs et sont désignés comme tels par leur entourage, et qui disposent d’un certain capital social – jouissant d’une réputation d’expertise religieuse et d’une renommée locale. Je m’intéresse aux questions suivantes : comment l’infrastructure musulmane urbaine locale des villes russes est façonnée par la migration et quel rôle les mollahs jouent dans cette infrastructure. Il me semble que la possibilité pour les migrants d’Asie centrale de s’adresser à leurs mollahs dans leur langue maternelle (tadjik, kirghize et ouzbek) est l’un des critères clés de la formation d’un environnement religieux confortable pour les migrants. En outre, les mollahs eux-mêmes, qui ont presque tous un autre emploi rémunéré (chauffeur de taxi, vendeur sur le marché, ouvrier du bâtiment, contremaître), ont la possibilité de se réaliser dans l’environnement religieux. L’augmentation du niveau d’action des Asiatiques centraux dans le domaine musulman russe est un processus d’intégration. En remplissant leurs obligations sociales, en enseignant et en accomplissant les rituels, ils gagnent du capital social et le respect des croyants. Le degré d’intégration ne peut être déterminé uniquement par le niveau d’inclusion dans une société d’accueil imaginée. Une position élevée dans le milieu religieux musulman indique également une intégration réussie. L’intégration se manifeste, entre autres, par la possibilité de faire valoir son expérience et ses compétences (en l’occurrence, religieuses). Les migrants commencent à acquérir dans le milieu musulman russe de plus en plus d’outils pour influencer l’environnement social local et les moyens de former un nouvel espace musulman, moins hiérarchisé, plus horizontal et diversifié. 

Pendant plusieurs années, j’ai mené un travail de terrain auprès des praticiens tadjiks de l’exorcisme à Moscou. Ce travail de terrain m’a permis de comprendre comment la migration et l’autorité religieuse sont interconnectées. L’autorité d’un mollah repose, d’une part, sur son capital social (les mollahs sont très respectés dans leur environnement, leurs connaissances et leurs compétences sont recherchées, principalement par les migrants) et, d’autre part, sur son capital sacral personnel, qui est acquis par la piété et la discipline. Cette autorité est créée et préservée dans le contexte de la migration : vulnérabilité politique et économique, incertitude, absence de leadership religieux et, plus largement, social, liens sociaux et familiaux rompus ou déformés. Ainsi, ce n’est pas tant la possession qui est provoquée par l’incertitude de la migration (de nombreux chercheurs ont écrit à ce sujet), mais plutôt l’autorité du mollah qui se forme et se cristallise dans les conditions complexes et incertaines de la migration. Ainsi, l’autorité du mollah devient à la fois un produit de l’instabilité et un outil pour la combattre : le capital sacré, la piété et le leadership éthique, les compétences et le talent, le courage dans la communication avec les djinns – tout cela aide les migrants à faire face aux risques, au stress et au chaos. 

L’une des études que j’ai menées à Tomsk (une ville de Sibérie) ne portait pas sur les mollahs, mais sur des paroissiens plus ou moins religieux qui, même s’ils n’étaient pas des experts musulmans, formaient un environnement religieux autour d’eux. Cette recherche s’est concentrée sur les pratiques de ces dirigeants qui ne se considèrent pas comme des experts musulmans, mais qui construisent la vie religieuse quotidienne de leurs coreligionnaires, notamment en sponsorisant des événements religieux (Hajj, iftar pendant le mois de Ramadan) et en créant des environnements religieux (salles de prière dans les services automobiles, les cafés et les auberges).

La dernière recherche, qui n’a pas encore été publiée développe une nouvelle approche de l’autorité religieuse contemporaine parmi les migrants musulmans en Russie, en conceptualisant des notions telles que le devoir et la loyauté dans le contexte de la migration musulmane. L’étude démontre la fluidité de la frontière entre les autorités officielles et non officielles en utilisant la configuration de l’environnement musulman d’Irkutsk (Sibérie) comme exemple concret.

1.   Prières du vendredi du mois de Ramadan à l’extérieur de l’une des salles de prière. Toutes les personnes n’ont pas pu rentrer à l’intérieur. Au sud de Moscou. 2015. 

2. Un mollah tadjik montre le Coran dans sa voiture garée à l’extérieur d’une mosquée à Moscou. Ce mollah effectue divers rituels dans la voiture. Les gardes ne veulent pas le laisser entrer dans la mosquée. Moscou. 2016.

3.   Un autre mollah tadjik lit le Coran – exorcisant un génie pendant que les parents de l’homme possédé le tiennent dans leurs bras. Le rituel d’exorcisme se déroule dans un immeuble d’appartements inachevé de la banlieue de Moscou, où vivent des migrants. Moscou. 2018. 

4.   Salle de prière dans un dortoir pour migrants construit par le propriétaire d’une entreprise de construction, originaire du Tadjikistan. Tomsk (Sibérie), 2018.

5.   La khutba du vendredi dans une salle de prière à la périphérie d’Irkoutsk (Sibérie) est dirigée par un mollah tadjik. Irkoutsk. 2019.