Caroline ROZENHOLC

Maître de conférences en géographie à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine, chercheuse au Centre de recherche sur l’habitat (UMR 7218 LAVUE)

A partir d’une entrée par les lieux du religieux « produits » (au sens d’H. Lefebvre) ou coproduits par les migrants et les pèlerins et, plus largement, par les mobilités internationales, en Israël et dans les Territoires palestiniens, ma contribution au projet portera principalement sur trois populations : les migrants de travail africains et asiatiques à Tel-Aviv, les pèlerins évangéliques à Nazareth et dans les Territoires palestiniens et les pèlerins bahaïs à Haïfa. Si les trajectoires de ces individus ou groupes d’individus sont singulièrement différentes, toutes sont informées par le religieux et, plus avant, par la formation religieuse en Israël et dans le « heartland » biblique que constituent, pour certains, les Territoires palestiniens. Il s’agira de montrer comment et avec quels effets sur les individus et les lieux. Pour ce faire, je m’intéresserai, pour commencer et dans la suite de mon travail de thèse, à ces travailleurs immigrés venus des Philippines et de plusieurs pays d’Afrique (Liberia, Sierra Leone, Côte d’Ivoire notamment) qui s’installent dans les quartiers les plus pauvres de Tel-Aviv (Florentine, Neve Sha’ana, Shapira, Shrunat Ha’tikva) où se trouvent les infrastructures routières et ferroviaires permettant leur mobilité de travail quotidienne, mais aussi de nombreuses églises évangéliques dédiées, mais pas toujours visibles parce que souvent installées dans des appartements ou des sous-sols privés. C’est parmi ce vivier de migrants dont nombre ont transité par l’Egypte et, à leur entrée en Israël, par les prisons du sud du pays, avant de pouvoir s’installer à Tel-Aviv que sont recrutés – au terme de processus de formation/sélection/cooptation qu’il s’agira de décrire – les pasteurs qui sont en charge des différentes congrégations, elles-mêmes organisées par pays d’origine. Cette formation au religieux et son application au leadership en Israël, « là-même où Jésus a vécu » « à côté de Jérusalem qui est une vraie ville où on peut se rendre en bus ! », transforme ces individus et instruits leur rôle social comme migrants (pauvres), mais aussi comme leaders (en migration).

Je m’intéresserai ensuite à un second groupe de chrétiens évangéliques, non plus migrants de travail, mais pèlerins et touristes religieux principalement américains qui visitent la région, parfois à plusieurs reprises, ou y séjournent pendant de longs mois. Dans ce dernier cas, je m’intéresserai en particulier à ceux qui, selon leur pays d’origine et réseaux d’interconnaissance, se portent volontaires pour travailler dans les colonies juives de Cisjordanie ou en Galilée, auprès de la population arabe israélienne, chrétienne et musulmane, de Nazareth. Dans le contexte de ce projet ICM qui croise mobilités internationales et formation religieuse, le centre de formation « Serve » pour les volontaires internationaux apparaît alors comme un terrain d’étude « évident », d’autant qu’il s’inscrit, de manière significative pour qui s’intéresse aux effets des mobilités internationales sur les lieux, dans un trust étranger (écossais) rassemblant également un musée-parc à thème, le Nazareth Biblical Village (90 000 visiteurs par an) sur lequel je travaille déjà, une école d’infirmière et un hôpital d’envergure régionale. Que ce soit au contact et au service des colons juifs du « heartland » biblique (Judée et Samarie selon la terminologie étatique) ou des arabes israéliens de Galilée, ces pèlerins sont bel et bien en formation ; une formation et une mission qui ne se limitent pas à l’espace-temps singulier du pèlerinage, mais se poursuit, dans certains cas, à leur retour chez eux par un travail de lobbying au sein des institutions américaines (déjà documenté) en faveur d’Israël et de la colonisation juive de Cisjordanie, pourtant illégale au regard du droit international et d’une partie de l’opinion israélienne.

Le troisième groupe auquel je m’intéresserai est celui des pèlerins bahaïs. Le terrain d’étude sera, alors, la ville de Haïfa en Galilée ; Haïfa constituant, curieusement si l’on peut dire, le centre spirituel de la religion bahaïe née en Perse au milieu du XIXe siècle. En retour, ce que l’on appelle communément les « jardins bahaïs » constituent aujourd’hui un imposant complexe en plein centre-ville – vingt hectares bâtis, ordonnés et jardinés sur la pente nord du Mont Carmel – inscrit, pour son architecture et les valeurs de paix et de tolérance dont sa matérialité et son dessin se font la voix, au patrimoine mondial de l’Unesco (2008). Le choix de ce lieu, comme troisième « terrain » d’étude répond à plusieurs objectifs mais principalement à celui d’étudier la production matérielle et symbolique des lieux, et en particulier des lieux du religieux, par les mobilités internationales. A ce titre, il faut souligner que, de manière tout à fait significative, les citoyens Israéliens ne peuvent appartenir à la foi bahaïe et les pèlerins bahaïs ne peuvent, en Israël, résider ailleurs que sur ce site. Ce lieu religieux, levier du développement local et du tourisme international, est donc littéralement l’œuvre des mobilités internationales dont nombre d’acteurs viennent, spécifiquement, s’instruire et se former au sein des institutions mères du bahaïsme : maison des pèlerins (1909), mais surtout centre d’étude des textes et d’enseignement, archives internationales (1960) et « Maison universelle de justice » (1983) où sont prises les décisions législatives et judiciaires de l’ensemble de cette communauté transnationale de 6 000 000 de fidèles.

Méthodes :

Entretiens, observation participante, relevé et micro-géographie des lieux étudiés, photographie, travail en archive.

Terrains envisagés : 

Tel-Aviv, Nazareth et Haïfa (Galilée), Territoires palestiniens.

Bibliographie en lien avec le sujet

  1. PHILIFERT P. et ROZENHOLC C. (2022) « Introduction », partie III « La fabrique des espaces publics » in A. Fleury et F. Guérin-Pace (dir.), Les espaces publics urbains : penser, enquêter, fabriquer, Presses universitaires François-Rabelais, coll. Villes et Territoires, pp. 183-189.
  2. ROZENHOLC C. (2021) « Pèlerinages internationaux et tourisme religieux : une question de géographie politique ? », revue VIA – Dossier Tourismes et géopolitique, 18 p.
  3. ROZENHOLC C. (2020) « Les lieux du religieux : des marges créatrices des circulations transnationales ? Héritages et innovation dans la production urbaine », in F. Guérin-Pace et C. Grasland (dir.), Proceedings du colloque CIST Population, temps, territoires, pp. 67-70, https://cist2020.sciencesconf.org/318620/document.
  4. ROZENHOLCC. (2018) Tel-Aviv. Le quartier de Florentine : un ailleurs dans la ville, dessins de P. Céleste, collection Lieux habités, Éditions Créaphis, 242 p.
  5. BARRERE C. et ROZENHOLC C. (dir.) (2018) Les lieux de mobilité en question. Acteurs, enjeux, formes, situations, préface de F. Guérin-Pace, collection du CIST, Karthala, 186 p.
  6. BARRERE C. et ROZENHOLC C. (2018) « De la production des lieux de mobilité ou comment interroger les spatialités contemporaines », in C. Barrère et C. Rozenholc (dir.) Les lieux de mobilité en question. Acteurs, enjeux, formes, situations, préface de F. Guérin-Pace, lieu, collection du CIST, Éditions Karthala, pp. 6-18.
  7. ROZENHOLC C. (2017) « Penser les mobilités internationales à l’aune des lieux qu’elles produisent. Pistes de réflexions à partir du tourisme religieux (Israël-Europe-États-Unis) », Revue européenne des migrations internationales, vol. 33, n°4, pp. 179-196. Traduction anglaise : « International Mobilities Shape Places. Thinking these Processes through Religious Tourism and Pilgrimages (Israel, The United States, Europe) » https://www.cairn-int.info/article-E_REMI_334_0179–international-mobilities-shapeplaces.htm.

ROZENHOLCC. (2014) « Sens du lieu, identifications et méditerranéité à Tel-Aviv et Marseille. Une proposition méthodologique pour l’analyse de la mondialisation des lieux en Méditerranée » Géographie et Cultures, n°89-90, pp. 261-282, https://gc.revues.org/3296

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search